Jennifer Mulertt : Make up Artist

Une maquilleuse qui blogue

vendredi

27

février 2015

112

COMMENTS

Mon voyage à Tokyo en 2010: Obon, des donuts et les animaux

Written by , Posted in Japon

Je totalise 3 voyages au Japon et je compte en ajouter un 4ème cet été, histoire de me remettre dans le bain, je partage ici avec vous le 2ème voyage riche en activités diverses et variées 100% nipponne.

Comme je n’avais pas bien compris la 1ere fois (pas tout vu, pas tout entendu), je suis retournée passer mes vacances estivales à Tokyo, histoire de bien rentabiliser les 15 petits jours de congés que je m’octroie par an. Encore une fois,  gros lâchage sur la bouffe, cure intensive de soleil et chaleur moite (oui, j’y vais au mois d’août et c’est 35°garanti 24/24h avec 100% d’humidité et J’ADORE CA), histoire d’oublier la grisaille parisienne et explosion totale de mon budget vacances dans les fringues.

 

Obon, ebisu, tokyo

 

La tradition m’a frappé de plein fouet puisque j’étais à Tokyo pendant Obon. Qu’est-ce que c’est Obon? C’est une fête trop choupie qui a lieu tous les ans au mois d’août et qui célèbre les morts depuis plus de 500 ans. Donc, pas comme nous du tout qui allons à la Toussaint un dimanche froid et lugubre déposer des fleurs en plastique sur les tombes de nos morts. Vraiment rien à voir. Obon donne lieu à des matsuris (qu’on peut traduire par festival) où on pratique quelque chose qui fait des japonais un peuple trop kawai: la danse de obon!!!

C’est là qu’elle devient hyper compliquée et pointue cette tradition puisque chaque ville a la sienne et dans les grandes villes, on voit même des différences par quartier. Typiquement je me suis retrouvée au matsuri du quartier d’Ebisu, qui est un petit peu the-place-to-be quand on est jeune et branché, il est d’ailleurs juste à côté du quartier un peu plus connu par les touristes: Shibuya.

Donc au moment d’Obon, on se rassemble, on danse, on mange des trucs trop couleur locale: des saucisses sur un pique (oui, je sais mais je crois que les japonais aiment bien faire comme s’ils n’avaient pas été occupés par les américains et revendiquer ce genre de bouffe hyper glam’). Des petites mamies en yukata (kimono en plus léger) montrent très consciencieusement la choré au reste de la foule, juchées sur une estrade où au-dessus d’elles, un percussionniste frappe comme un malade sur un gros tambour pour marquer le rythme. Les gens suivent toutes générations confondues.

 

On va continuer sur l’exemple d‘Ebisu, le quartier a été nommé ainsi à cause de la marque du même nom qui y avait installé ses brasseries dans les années 30. Mais Ebisu, c’est surtout un dieu! Il existe 7 dieux de la chance dans le bouddhisme, Ebisu est celui des pêcheurs et des travailleurs et surtout, c’est le seul 100% japonais. Je vous laisse imaginer l’ambiance de malade au moment où la chanson d’Ebisu a retenti!

IMGP0752

Vous vous doutez bien que toutes ces émotions m’ont donné faim et que j’ai investi tous les fast food en tout genre de cette ville. Je reste une inconditionnelle du « krispy kreme doughnuts » qui te filent un donut gratuit dès que tu attends plus de 5mn! Mais je suis aussi devenue la supportrice officielle du Chicken salt’n’lemon du Mac Do, leur burger de l’été, qui a un vrai petit goût de paradis.

Les vacances, c’est très fatiguant, je faisais donc des pauses diverses et variées dans des cafés choisis avec soin. Notamment chez le concurrent local de Starbuck, l’Excelsior dont je maîtrise grave la carte maintenant mais aussi des cafés un peu plus confidentiels où le service est aux petits oignons et où on fait du latte art bac +7  dans votre cappuccino. La potatoe salade a fait une entrée fracassante dans mon estomac, une espèce de purée froide de pommes de terre agrémentée de petits légumes et d’herbes fraîches qui est tout simplement délicieuse. Je me suis également prise de passion pour le rayon alimentaire des combinis (équivalent de nos épiceries mais en beaucoup mieux, genre c’est ouvert 24/24h) où j’ai fait une indigestion de sandwichs aux œufs (oui, ça a l’air dégueu comme ça mais je vous promets que c’est très bon!).

lion bus, tama zoo, japan

Mais surtout quand je suis là-bas je fais la tournée des zoos et aquariums en tout genre, je suis une véritable addict. Alors en quoi les endroits où on parque les animaux sont  mieux au Japon? Déjà, ils sont beaucoup plus grands, les animaux ont plus d’espace (c’est peut-être là, l’explication de l’entassement des japonnais  dans des apparts minuscules, c’est pour laisser la place aux animaux!!). Et bien sûr, ils ont des espèces qu’il est plus difficile de voir en France. Je me remets à peine d’avoir pu voir un TAMANOIR en vrai ( et un grand pas un riquiqui qu’on trouve partout) ou encore un rhinocéros ou des ours blancs. J’ai pu toucher des pingouins et gros évènement de l’été 2010, j’ai vu des koalas!!

Le zoo de Tama est un digne représentant de toutes les choses qui ont été évoquées plus haut: 52 hectares, plus d’une soixantaine d’espèces représentées regroupées par zones correspondant à leur habitat d’origine. Et pleins de petites trouvailles notamment une petite maison avec pleins de tuyaux transparents pour qu’on puisse voir circuler les taupes ou le « lion-bus » qui permet d’approcher ces fauves de plus près.

sony building ginza, tokyo

Tokyo est toute en contrastes et en grandeur. Dans le quartier d’affaires riche en buildings, vous trouvez aussi le palais impérial dont vous pouvez visiter les jardins gratuitement, pour le tour du propriétaire, il faut attendre le 23 décembre (anniversaire de l’empereur!), date à laquelle le palais est ouvert au public. Et non loin de là, vous trouvez le quartier de Ginza qui a un style très européen, toutes les grandes marques de luxes y ont leurs sièges dans des immeubles qui rivalisent d’originalité architecturale mais où figure aussi en bonne place le Sony Buildings, digne représentant de la réussite japonaise, qui est un vaste showroom ouvert au public  à la pointe de la technologie. Son aquarium, donnant sur la rue, rencontre un franc succès, certainement dû à la présence d’un gentil petit requin!