5 films honteux que j’ai vu au cinéma

Je fais parti de ces collectionneuses compulsives qui n’arrivent pas à se résoudre à jeter leurs tickets de cinéma! C’est comme ça, ils sont conservés précieusement dans une enveloppe, elle-même abritée dans une valise planquée sous un meuble chez moi. Le cinoche, c’est du sérieux. Il est néanmoins assez intéressant de constater que je n’ai pas la même rigueur quand aux choix des films que je vais voir, 10 euros claqués parfois sans discernement. Mais attention, même si certains peuvent être considérés comme pourris jusque dans le plus profond de leurs entrailles, je ne les renierai jamais!

 

The expendables

url.jpgA commencer par celui-ci. On ne m’a traîné voir ce film, JE VOULAIS LE VOIR. Oui, les films d’actions ont bercé toute mon enfance, je me suis construite en regardant Terminator ou autres pièges de cristal et en guest de folie avec un rôle pour lequel elle a du prendre des cours du soir d’acting, il y a Charisma Carpenter! Cordelia dans Buffy!! Et apparemment, je suis la seule à avoir vu ses films mais je suis une inconditionnelle de Dolf Lundgren, montagne suédoise, qui à l’instar de Steven Seagal s’est spécialisé dans les rôles de grosses brutes autistes. Par contre, je demande solennellement a Sylvester Stalone d’arrêter d’écrire des scénarios: toutes les blagues tombent à plat et celles sur Jet li sont à la limite du racisme!

 

 

 

Crossroads

220px-Crossroads posterOui!! Le film avec Britney Spears!!! trop bien!! Britney qui chante du Madonna avec sa brosse à cheveux dans sa chambre. Britney qui chante du N Sync (l’ancien boysband de Justin Timberlake, ex de britney, je précise tout ça pour les plus jeunes d’entre vous, des fois que vous loupiez toute la subtilité du scénario) dans la voiture avec ses copines. Britney qui couche avec un garçon pour la 1ère fois. Il y a tout dans ce film et plus encore. Il y a Zoé Saldana avant qu’elle devienne hypra connue (genre Avatar pour les incultes). Il y a Kim Catrall (!!!). Il ya overprotected et i’m not a girl, not yet a woman dans la B.O., 2 chansons cultes de Britney qui figure encore aujourd’hui dans mon best of teenage-pop-pourrie-mais-pas-tant-que-ça!!

 

 

 

La reine des damnés

reine_damnes_affiche.jpgLa seule fois ou j’ai sérieusement envisagé de sortir de la salle tellement c’était mauvais!! Le film est sorti après la mort d’Aaliyah qui a un micro rôle dans le film (celui de la reine des damnés certes mais on la voit vraiment pas beaucoup) mais toute la promo du film et l’affiche étaient basées sur elle. Mise à part ça, on a l’impression qu’il ont oublié d’éclairer les scènes et on plisse des yeux  en permanence pour distinguer Vincent Perez et sa calvitie naissante (saluons néanmoins sa tentative d’incursion dans le cinéma américain).  L’histoire aussi est en béton armé: le vampire Lestat devient une star du rock (et bien sûr avec des compos hyper quali) et sa musique de folie réveille la reine des damnés!!!On peut raisonnablement zapper ce petit incident de la grande mais trop courte carrière d’Aaliyah.

 

 

 

Paranormal activity

paranormal-activity.jpgAi-je vraiment besoin d’expliquer pourquoi ce film est un navet… Pour ma défense, j’étais dans une période ou j’espérais flipper ma race devant un film (je me revisionnais les sois-disant classiques qui me laissaient de marbre, l’exorciste, toi-même tu sais). Le dernier qui avait atteint sa cible étant le projet blair witch, je me suis dit que ce pseudo docu auto-filmé pouvait me remuer les tripes. En fait non. Mais alors vraiment pas. Histoire en carton, c’est long, la maison est pourrie… et je vous l’accorde avoir la moitié de la salle de cinéma qui pouffe pendant les 3/4 du film, ça n’aide pas à se mettre dedans. Mais espérer nous faire flipper avec une lumière qui s’allume et s’éteint toute seule pendant la nuit, c’est un peu nous prendre pour des bisounours.

 

 

 

Jennifer’s body

220px-Jennifers_body_ver2.jpgClairement un film que l’on va voir pour le casting, autant devant que derrière la caméra d’ailleurs, la réalisatrice Karin Kusuma qui avait révélé Michelle Rodriguez dans Girlfight, semblait être un gage de qualité. Beaucoup plus en tout cas que Megan Fox et ses mono-expressions dans Transformers ou Amanda Syefried que j’avais uniquement vu dans Mamma Mia. Ces deux-la, soyons clair, ont accroché l’audience de ce film grâce à leur physique, même avec des pseudo cernes et les cheveux gras. Car attention pitch de folie top crédible, Jennifer (Megan Fox) est une pom pom girl supposée vierge par un groupe de rock looser sataniste qui veut trouver la gloire. Il décide donc de la sacrifier à Satan. Une fois le rituel accomplie, elle se transforme en nympho meurtrière parce que bien sûr elle n’était pas vierge (seul élément plausible du film).