Jennifer Mulertt : Make up Artist

Une maquilleuse qui blogue

mercredi

22

juin 2016

0

COMMENTS

Le shooting de lingerie érotique

Written by , Posted in A Make Up Artist's Diary

le shooting de lingerie érotique

 

J’utilise un peu mon blog comme une capsule témoin de mon parcours professionnel, histoire de me rappeler toutes les anecdotes de travail qui me sont arrivées. Celle que je vais vous raconter aujourd’hui ne date pas d’hier, c’était il y a bien 7 ans maintenant mais c’est pas plus mal car même si je ne vais citer aucun nom, je ne suis pas en contact aujourd’hui avec la plupart des protagonistes! (J’utilise les photos extraites de ce shooting, mais je préserve l’anonymat des filles!)

Je suis sollictée pour  un shooting de lingerie érotique, résumé simplement, on peut appeler ça de la lingerie à trous! Rendez-vous est pris un samedi d’automne et toute l’équipe part de Paris pour rejoindre le client et le lieu du shooting qui se trouve en banlieue assez éloignée, avec ce nom magique le château des contes de fées.

Nous somme un photographe, une maquilleuse/coiffeuse (moi donc!) et 2 mannequins, une blonde et une brune, une diversité de folie dans le casting assuré apr notre client. Cela commence déjà avec une des 2 mannequins qui fait un peu sa petite princesse et s’installe sur le siège avant, sa fourure étalée en guise de couverture et surtout elle recule et baisse son siège au max histoire d’être bien installée pour dormir tout le trajet.

Pouquoi pas. On discute à 3 avec le photographe et l’autre mannequin. On arrive au château, les proprios nous réceptionnent puis nous laissent la journée avec le client accompagnée de sa femme. Le client étant le propriétaire du site internet sur lequel allaient être distribués les dessous shootés ce jour là.

On commence par la coiffure et le maquillage et celle qui était déjà relou dans bagnole commence à me saouler avec son avis sur le maquillage, genre comme quoi ce que je lui fais c’est pas exactement ce qui la met en valeur et elle est bien placée pour le savoir parce qu’elle est aussi maquilleuse (je me suis fait bien sûr un plaisir de vérifier et elle avait à l’époque effectivement un book de maquilleuse en ligne mais seulement des makeup qu’elle avait réalisée sur elle donc elle était maquilleuse comme moi j’étais cuistot!). Voyant qu’elle avait l’air bien relou et qu’elle n’en démordrait pas, je m’exécute et fais ce qu’elle demande.

L’autre ne fait pas d’histoire et se contente très bien des directives du client (car, je ne faisais de toute façon pas ce que je voulais!) et on commence le shooting. Au début c’est plutôt gentil, la lingerie est certes sexy mais rien de vulgaire dans les prises de vue. Il y a quelques accessoires mais c’est du type règle d’écolière et lunettes de maitresse. Les filles jouent le jeu sans problème.

Et puis vient le moment, ou on demande à la relou de poser avec un vrai sextoy dans la main. Elle commence à faire la mou et rechigner, le client ne comprend pas ou est le problème, en mode « je la paye là? non? » et cela traine un peu. Elle essaie de poser à coté mais sans le tenir à la main mais le client est très clair, elle commence à me jeter des regards désespérés comme si je pouvais intervenir (et comme si j’en avais envie après le caca boudin qu’elle m’avait fait avant) et elle finit par faire ce qu’on lui demande.

J’avoue m’être un peu délectée de ce moment car j’étais présente bien sûr en grande professionnelle pour prévenir toutes retouches makeup ou cheveux. Je pensais que je venais de vivre le meilleur moment de la journée mais non! La femme du client qui s’était fait discrète comme une souris jusque là, n’y tenant plus, propose de poser avec les filles. On a pas le temps de répondre qu’elle est déjà partie se foutre à poil et les 2 mannequins (qui sont donc des professionnelles) arborent les sourires crispés de circonstance en attendant son retour.

Avec le photographe, on est mort de rire (à l’intérieur) mais le client décide et il a l’air tout à fait partant avec l’idée de faire poser sa femme dans le cadre de ce shooting pro pour son site, elle vient donc prendre la pose au milieu des 2 filles qui sont clairement en train de se demander si c’est une caméra cachée.

Pleine de bonne volonté, j’ai évidemment au préalable assuré une retouche makeup, histoire qu’elle cadre un peu mais c’est vrai, d’un seul coup, le shooting n’a plus l’air pro du tout et on a l’impression de participer aux photos personnelles du couple. Entendons-nous bien, la femme du client est très jolie mais avec 10 ans facile de plus que les filles et avec 20 cm de moins, elle fait un peu tâche et surtout, elle pose avec sa lingerie personnelle.

On y passe la journée mais la séance photo prend fin et on se prépare à repartir. On échange les contacts notamment nos pseudo sur Facebook et salut, à la prochaine.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là! le Facebook du client à but professionnel s’est très vite transformé en compte privé pour sa femme. Elle s’en servait pour trouver des filles, on a un peu mieux compris son exhibitionnisme soudain pendant le shooting,  d’ailleurs j’ai été très surprise de voir que son compte ne se faisait pas supprimé mais bon après avoir ri un bon coup à ce sujet avec le photographe, on l’a enlevé de nos contacts et on a repris le cours de nos vies.

 

le shooting de lingerie érotique