Archives de catégorie : A Make Up Artist’s Diary

Mario Dedivanovic’s Masterclass

Début avril, je suis allée à la Masterclass du maquilleur Mario Dedivanovic, Makeup by Mario sur Instagram si vous voulez jeter un oeil à son travail. Je vous partage tout de suite le résultat final du maquillage qu’il a réalisé sur la très jolie Kennedy  (photo prise sur l’instagram de Mario).

file

Il fait parti de ses maquilleurs spécialisés dans le maquillage de célébrités, il est donc souvent sollicités pour les cérémonies de remise de prix ou autres évènements qui s’accompagnent d’un tapis rouge. Sa cliente la plus connue, devenue entre temps son amie, est bien sûr Kim Kardashian avec qui il collabore sur sa marque de maquillage KKW Beauty.

Il organise des Masterclass depuis quelques années déjà et elles deviennent de plus en plus importantes au fur à mesure que sa renommée augmente. Pour celle-ci qui se passait donc à Londres, nous étions plus de 700 et certains avaient fait le déplacement depuis le Canada ou même l’Asie.

Sa Masterclass dure à peu près 4 heure et elle consiste en la réalisation d’un maquillage par ses soins sur un modèle et il prend le temps de détailler chaque étape et de répondre à toutes les questions. Il y a bien sûr un écran géant avec une excellente définition pour nous permettre de suivre tout cela sans problème.

Il est bien sûr interdit de filmer l’intégralité de la Masterclass et il demande de ne pas détailler étapes par étapes le maquillage réalisé ce jour-là. Déjà parce qu’on risque de dire des bêtises et aussi évidemment pour ne pas spoiler l’évènement pour de futurs élèves.

Je ne vais donc pas m’amuser à détailler tout ça, je n’ai pas tout noter de toute façon mais je peux partager avec vous 2 ou 3 choses qui m’ont  semblées intéressantes.

Mario n’est pas un grand fan du countouring de l’highlighter utilisé à l’extrême contrairement à ce que les gens pourraient penser. Et j’avoue que j’en suis très contente. Il prend vraiment le temps de fondre tous les éléments entre eux et veille au fini naturel. De même, il n’est pas un grand fan des faux-cils et privilégie toujours l’option la plus soft.

Il passe effectivement beaucoup de temps sur le teint et va même jusqu’a superposer 4 couches d’anticernes, il applique tout d’ailleurs concernant le teint avec un beauty blender mouillé bien évidement, du primer à la poudre.

En ce qui concerne les produits, il utilise un peu de tout, et fait bien attention à faire comprendre à celles qui insistent pour savoir ce qu’il utilise à chaque étape que ce jour là il choisit ce produit mais il a 10 autres options différentes à chaque fois.  Encore une fois, le plus important n’est pas forcément ce qu’on utilise mais comment! Parmi les marques utilisées que je ne connaissais pas trop voir pas du tout, il y avait Surrat, Cozzette, Viseart et Koh Gen Do.

Pour ce qui est du maquillage en lui même, Mario l’appelle le Money Maker car c’est un maquillage qui fonctionne sur tout le monde, des tons neutres chauds, un fini sun-kissed et le maquillage des yeux reste très doux, pas de cut-crease ou de trait d’eyeliner bien défini, il utilise ce syle autant sur un red carpet que sur une mariée et de son propre aveux, ce maquillage a aussi l’avantage de beaucoup plaire aux hommes car justement doux et sexy.

La Masterclass se termine par une photo avec lui et la distribution d’un énorme goody bag rempli de produit de soin et maquillage de diverses marques sponsorisant l’évènement.

J’ai pour ma part réellement appris des choses et surtout son parcours est évidemment exemplaire. Il a commencé conseiller chez Sephora à New York et il vit aujourd’hui dans un penthouse à Manhattan. Il a cette anecdote très mignonne au sujet de sa première vraie expérience de maquilleur: 2 jeunes femmes sont venues se faire maquiller par ses soins chez Sephora et elles ont tellement aimé le résultat qu’elles lui ont demandé de venir es maquiller pour le concert qu’elles avaient le lendemain car elles étaient chanteuses dans un groupe. Il n’avait à l’époque pas d’autres produits que les testeurs fournis par Sephora et il les rangeait dans une boite à chaussure, Il est donc venu les maquiller avec ça et il a été payé 25 dollars pour les 2 mais il a adoré l’expérience.

Peu de chance qu’il passe un jour par Paris mais il repassera surement pas Londres et il passe bientôt en Albanie son pays d’origine donc cela représente un coût (500 livres) mais il organise sa Masterclass vraiment très bien et la quantité de produits qu’il donne à la fin rembourse le billet.

 

Petites brèves du makeover studio

Les vacances de Pâques viennent de passer, et on peut dire qu’au Royaume-Uni, ils rigolent pas avec les petits lapins et les chocolats, depuis quasiment le 1er janvier, tout est déjà prévu et annoncé, à tel point que j’ai cru qu’ils fêtaient un Pâques parallèle en février!

AmySchumerMakeup

Toujours est-il que cela est aussi synonyme de plus de travail en makeover studios. Pour ceux qui n’auraient pas suivi, ces studios sont légion à Londres et sont très bien organisé. En gros, il y a une équipe chargée de trouver des gens qui veulent se faire prendre en photo (peu importe la raison), ensuite le jour du rendez-vous, ils passent entre les mains d’abord des maquilleuses (qui coiffent aussi voir font les ongles dans certains studios) puis ils sont confiés au photographe et cela se termine avec la personne qui visionne les photos et qui est chargée de leur en faire acheter le plus possible.

Ces 3 dernières semaines on a donc été super busy et cela a bien sûr multiplié les anecdotes. Ce ne sont bien sûr pas des histoires ou les clientes ont été nickels et super agréables.

Lorsqu’on s’occupe d’une cliente, on commence toujours par les cheveux. Pourquoi? Parce que cela nous évite de la maquiller pour rien si on s’aperçoit qu’elle a des poux. Car oui qui dit poux, dit bye-bye, et on rebooke la séance 15 jours après, une fois qu’elle a traité le problème. Très bonne initiative, car une de mes collègues a eu le droit à 3 clientes d’affilé avec des lentes dans les cheveux, à tel point qu’elle me faisait vérifier histoire d’être sûre qu’elle ne les hallucinait pas. Alors oui, c’est super dégueu mais c’est vraiment beaucoup plus commun qu’on ne le pense..

 

J’ai eu une cliente super gentille et très jolie en plus mais qui avait mi tellement de produits dans ses cheveux que à peine j’ai commencé à les lisser, mes mains et le fer lissant étaient tout huileux. Une collègue a eu pitié de moi et m’a relayé et ensuite une autre collègue a repris le flambeau!

via GIPHY

 

Une autre cliente qui n’avait a priori aucun souci, les cheveux nickels et pas de bouton de fièvre ou de conjonctivite. Non, mais une énorme crotte de nez qui pendait et  que j’ai eu un mal de chien a éviter quand je faisais le fond de teint, j’aurais pu réagir de façon un peu plus pragmatique et juste l’enlever mais sur le moment, j’ai des haut-le-cœur rien que d’y penser.

 

On est suréquipé coté peignes démêlants et c’est pas pour rien, o n pourrait croire que les clientes prennent la peine de se coiffer avant de confier leurs cheveux à quelqu’un d’autres mais c’est pas toujours le cas. Une de mes clientes est arrivée avec de longs cheveux noirs qui paraissaient très volumineux et pour cause, je n’exagère pas, sa chevelure était un vaste nœud, tous les cheveux étaient reliés inextricablement l’un à l’autre. Elle s’est quand même sentie un peu gênée quand elle a senti que je galérais pendant 5 h dessus et elle m’a gentiment expliqué qu’elle se laissaient pousser les cheveux (apparemment en prenant bien soin de ne jamais les coiffés) pour se les raser dans quelques mois et les donner pour qu’ils en fassent une perruque pour les enfants atteints de cancer.  Pas de mot.

 

J’ai bien sûr régulièrement droit à celles qui veulent m’expliquer mon métier, comment on contoure, comment on dessine les sourcils, comment choisir la teinte de fond de teint, ces clientes, vous imaginez bien, sont mes petites préférées! J’en ai eu une qui réunissait tous les critères, à se demander pourquoi elle avait accepter que quelqu’un d’autre la maquille. J’ai d’ailleurs fini par la laisser faire son maquillage elle-même et je n’ai pas pu m’empêcher de lui demander si elle prenait le temps de faire tout ça tous les jours (car c’était vraiment très long, elle a pris 1 heure juste pour se faire le teint) et elle m’a expliqué qu’elle se maquillait comme ça pour aller à l’église, méga perche tendue que j’ai tout de suite prise en lui demandant si elle faisait son contouring pour Dieu. Ca l’a même pas déranger elle m’a répondu très tranquillement que oui, elle voulait qu’Il voit les efforts qu’elle faisait pour Lui.

 

Pendant les vacances scolaires, on a forcément beaucoup plus de familles et c’est là qu’on trouve celles que je préfère: les mamans qui demandent à ce qu’on maquille leurs enfants. Pas des ados, des enfants de moins de 10 ans et elles font un scandale quand on leur explique que non, on ne va pas leur mettre de fond de teint, juste un peu de gloss et éventuellement un peu de blush. L’élection de mini-miss est certainement la prochaine étape pour ses mamans.

 

Et j’en oublie très certainement!!

Sephora ou Selfridges

IMG_3164

Je suis à Londres depuis plus de 3 mois et je commence à diversifier mes activités. Ce début de semaine, je l’ai passée à Selfridges, pour participer à « the induction », une sorte de formation générale du magasin à laquelle sont conviés tous les collaborateurs, y compris ceux qui comme moi, vont travailler pour une marque.

J’ai en effet signé un contrat avec une marque de maquillage pour laquelle je vais travailler 2 jours par semaine mais là n’est pas le sujet de cet article.

J’ai été très intéressée de constater les différences dans le traitement des employés entre ce que j’ai pu expérimenter ici ces 2 derniers jours et mon parcours à Paris ou à travers les divers marques avec lesquelles j’ai travaillé, j’ai pu faire un tour d’horizon des différentes enseignes, à commencer par Sephora mais aussi les Galeries Lafayette, Marionnaud, Le Bon Marché ou Nocibé.

 

Une petite pensée d’ailleurs à toutes celles et ceux qui bossent en vente en cette période de l’année, je suis de tout coeur avec vous!

Je n’en ai pas parlé à l’époque mais il y a tout juste un an lorsque je travaillais pour Lipstick Queen sur les Champs (l’illustration de cet article est une photo souvenir de cette période), Sephora a décidé de me placer juste à coté du Stand Huda Beauty qui venait d’ouvrir. Le lancement de cette marque provoquait des queues interminables et des esprits qui s’échauffaient très vite car il n’y a rien de plus important dans la vie que d’acheter un rouge à lèvres liquide mat. A cette époque précise, j’étais pour faire court, traitée  comme de la merde par Sephora qui ne souciait absolument pas de mon bien être en magasin car je travaillais pour une marque qui ne leur rapportait pas beaucoup d’argent. Donc je pouvais être bousculée, sollicitée à longueur de journée sur une autre marque que la mienne, insultée par les clientes qui s’impatientaient dans la file pour Huda Beauty sans oublier bien sûr le simple fait que mon stand en devenait invisible et que cela me rendait la tache encore plus dure pour réussir mes ventes. Les responsables du magasin n’ont jamais lever le petit doigt.

Je ne sais bien sûr pas encore comment cela va se passer à Selfridges mais ces 2 jours de formation montrent déjà un peu plus une volonté d’homogénéiser les connaissances et les comportements entre les employés du magasin et ceux employés par les marques. Cela commence par le badge, en France quelque soit l’enseigne dans laquelle je suis intervenue, je devais toujours avoir un bagde fourni par ma marque avec sa dénomination clairement visible. Ici, ils nous ont tous attribué un Badge de l’enseigne avec notre nom. Clairement, ils n’encouragent pas les clients à différencier les représentants des marques avec ceux du magasin.

De même parce que je suis en contrat direct avec une marque et donc fixe, j’ai été formée à l’encaissement, en l’occurrence c’est souvent le cas aussi lorsqu’on travaille pour une marque dans un grand magasin en France type Printemps ou Galeries Lafayette mais certainement pas chez Sephora.

J’arrive aussi certainement au bon moment mais l’espace réservé aux employés a été rénové il n’y a pas très longtemps et donc, il y a des casiers pour tout le monde, des douches sont également à disposition, avec aussi sèche cheveux et lisseurs. En plus de la cantine d’entreprise, il y a un café juste à l’entrée. Pour avoir testé les enseignes précédemment citées, cela est de loin, le meilleur accueil. Pour rappel, au Sephora Champs Elysée qui est quand même le 2ème plus grand d’europe, la salle de pause pour les animateurs à la taille d’un studio, en revanche il sépare bien avec les employés Sephora qui eux ont leur casiers et espace de pause dans un autre bâtiment avec bien sûr plus d’espace.

Je vais certainement découvrir des petits couacs également chez Selfridges et je ne manquerais pas d’en faire part aussi ici mais la différence de traitement des prestataires est flagrante. Et ne nous méprenons pas, j’adore aller chez Sephora en tant que cliente car les marques que j’apprécie le plus s’y trouvent mais je pense vraiment qu’il y a un problème de respect entre les animateurs et la direction Sephora qui ont l’air plus soucieux de nous rendre la tache difficile que d’optimiser les ventes.

Étonnamment, le dress-code qui était une de mes grosses inquiétudes chez Selfridges est même moins strict que celui de Sephora puisque je n’ai même pas l’obligation d’avoir les cheveux attachés et encore moins l’obligation de le faire avec un accessoire noir.

Pour finir sur une touche plus fun, on a eu le droit au top 4 des pays dont les touristes dépensent le plus chez Selfridges et sans surprise on retrouve dans le top 3 la Chine, les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite mais en 4ème ex-aequo on a le Nigéria et la Thailande. Qui l’euT cru?