Archives de catégorie : A Make Up Artist’s Diary

Mon travail: maquilleuse pour une vidéo/pub virale sur Youtube

Et oui, c’est un peu le filon du moment, et c’est un peu aussi une conséquence de la crise économique. On essaie de se faire de la pub à moindre frais.

J’ai donc été contactée par une boite de production Raise Up films pour ne pas la citer qui produit des films institutionnels, clips ou autres web séries.  Le projet en question était de réaliser un film court à diffuser sur youtube et par extension sur les réseaux sociaux pour promouvoir l’ouverture d’un nouveau restaurant/sandwicherie  The Grilled Cheese Factory à Bastille (donc oui, sur Paris).

Comme il y avait besoin de beaucoup de figurants, les amis et les amis des amis ont été mis gracieusement à contribution et même le staff technique (genre moi) s’est fendu d’un passage devant la caméra!
Je vous laisse apprécier le suspense insoutenable de cette vidéo car oui attention: scénario!
Et oui, j’étais seule pour maquiller tout le monde!! Mais comme on dit dans la profession, c’était du « grooming », en gros teint uniforme et mat, et vaguement un peu de gloss et blush pour les filles!
 

 

L’agent de sécurité condescendant

Pendant quelques temps, je travaillais régulièrement au palais des congrès à porte Maillot pour le compte d’une société spécialisée en événementiels. Dans ce cas précis, j’intervenais pour maquiller des personnalités politiques et présentateurs TV, les réunions étaient en effet retransmises sur de grands écrans donc j’effectuais le même boulot qu’en télé.

 

l'agent de sécurité condescendant

 

Je passais généralement la journée à me faire chier à attendre que quelqu’un daigne bien se pointer au maquillage. L’amplitude horaire était très large, une journée entière pour une conférence qui durait le plus souvent une 1/2 journée et les maquillages requis pour ce genre d’événements ne prenaient que 5 minutes par personne. Inutile de dire que je ne comptais pas sur ses journées pour m’épanouir professionnellement parlant mais j’étais bien la pour prendre mon chèque.

 

Il y a eu une fois, ou la personnalité politique était tellement importante qu’elle a eu droit à sa loge privée et surtout que je devais l’attendre dans ladite loge pour que lui  ne perdent une seule de ses précieuses minutes, coupons court à tout suspense, c’était un éminent membre du gouvernement de l’époque. Le staff de sécurité massivement présent avait bien sûr fait du zèle et m’avait envoyé en exil dans cette loge un peu trop en avance et je me retrouvais à y attendre de longues minutes, seule.

Inutile de dire que j’avais prévu le coup et que je m’étais armée d’un magazine hautement culturel pour assouvir ma soif de connaissances, j’ai nommé le extrêmement complet et instructif Closer.  C’est là qu’un gentil agent de sécurité (je crois bien que c’était le chef!!) est venu me parler, il a blabaté sur mon travail en général en m’assimilant au passage à une esthéticienne et a conclu en disant que c’était vachement bien pour une personne comme moi (en jetant un coup d’oeil appuyé sur le magazine) d’avoir l’occasion d’approcher une personne comme celui qui se faisait attendre!!!

 

Le tenant moi-même subitement en très haute estime, j’ai répondu  très dignement que j’avais laissé « Guerre et Paix » à la maison en supposant bien sûr qu’il ne savait absolument pas de quoi je parlais!

Le moyen-métrage étudiant

Il faut un début à tout et en sortant de l’école de maquillage, par je ne sais plus quel contact, je me suis retrouvée à bosser sur un projet d’étudiant en fac de cinéma. Un moyen-métrage réalisé par des apprentis cinéaste de la fac de Lyon 2 qui nous ont fait bosser en extérieur pendant un hivers très froid et bien sûr de nuit!

Comme on bossait tous gratos, on était 2 voir 3 maquilleuses présentes sur le tournage. Il y avait comme dans beaucoup de 1ers films pas mal de scènes gores. C’est une constante, moins ils ont de moyens, plus ils ont envie d’effets spéciaux. Notamment une scène très sanguinolente ou il devait y avoir des projections de sang sur les murs. Sympa. Genre, un homme était éventré…

Il faut savoir que le faux sang coûte une blinde donc on a décidé d’aller se fournir en sang frais aux abattoirs!! Sympa. Je me souviens plus exactement de combien de litres ca faisait, mais on est reparti avec 2 gros bidons, plein de sang de porc!!

On passe sur le périple pour acheter le sang par contre on précise bien qu’on l’a acheté 3 jours avant la scène en question. Oui, le seul jour off du tournage, chose dont avait bien besoin car vous vous en doutez, les abattoirs sont rarement situés en centre-ville.

Le jour J arrive et on s’apprête à déverser ce sang noble et véritable un peu partout et là une bonne vieille odeur d’œufs pourris. Sympa. Du sang coagulé sa race qui pue. Sympa. Obligées de presser des bout de sang coagulé entre nos mains pour faire du jus parce qu’il restait pas assez de sang liquide pour les besoins de la scène. HYPER SYMPA!!!! Inutile de dire que pendant toutes ses opérations, on avait la gerbe au bord des lèvres et le soutien à distance de toute l’équipe!

 

maquillage cinéma

 

 

Après quelques pressages à mains nues qui nous ont franchement épanouis, on a trouvé des gants (photo du tournage!!! (avant qu’on mette les gants)). Mais le plaisir olfactif est resté entier et n’a pas quitté la pièce de la journée.