Jennifer Mulertt : Make up Artist

Une maquilleuse qui blogue

Japon Archive

lundi

2

mai 2016

0

COMMENTS

Kichijoji, CECIL McBee et Megumi

Written by , Posted in Japon, Non classé

Je n’avais pas encore présenté le résultat final du 3ème shooting que j’ai fait à Tokyo cet été au mois d’aout. Je viens réparé cet oubli et en plus de vous donner quelques infos makeup, vous parler du quartier ou on a pris les photos et vous faire un petit topo sur la marque de fringues avec laquelle on a fait le stylisme. Comme je suis sympa, je balancerai pas que ce retard est le fait de la photographe, Aude Boyer qui a un peu pris son temps pour les retouches!!

 

meggie moonshine, aude boyer

Parlons un peu de Megumi, la mannequin du jour et son maquillage. Comme pour les autres mannequins avec qui nous avons shooté, elle est inscrite sur un site de mise en relation de professionnels du monde de la beauté et de la mode et surtout, elle parle anglais car je ne parle malheureusement pas japonais.

Le mannequinat est son métier, elle fait également des missions d’hôtesse évènementiel et a participer à un concours de beauté internationale ou elle représentait donc le Japon. Elle correspond aux critères de son pays qui ne demande en effet pas à ses mannequins de faire 1,80m car faire 1,60 c’est déjà pas mal! Elle est néanmoins très fine et possède une belle photogénie.

Comme on shootait en extérieur, c’était plus joli et cohérent de faire un maquillage certes visible mais pas trop sophistiqué. Un teint léger, du bronzer pour sculpter le visage et des teintes chaudes avec un peu de noir pour les yeux. Je suis restés dans le rose pour les lèvres avec un premier rouge à lèvres presque rose Barbie et un 2ème avec une pointe de violet et un peu plus mat pour rester dans la sobriété.

meggie moonshine, aude boyer

 

Pour le stylisme, j’avais vraiment envie d’utiliser une marque japonaise qui n’est pas vendu chez nous. C’est le cas de Cecil McBee qui est une enseigne très connue au Japon. Elle est notamment présente au 109, cette fameuse tour dans le quartier de Shibuya à Tokyo qui réunit toutes les boutiques de fringues, chaussures, bijoux fantaisie, sac à mains et un peu beauté sur une douzaine d’étages, il n’y en a que pour les filles et disons le, la cible parfaite est celle des 15/25 ans.

Elle existe depuis 1984 et même si elle se veut à la pointe de la mode, elle fait le pari de la sobriété et on trouve plutôt des teintes neutres dans ses rayons: du blanc, du beige, des pastels. Ell fait aussi partie des défilés Tokyo Girl Connection qui ont lieu à chaque fashion week tokyoïte et qui rassemblent les marques grand public les plus populaires et girly du pays, que du 100% nippon.

Les 2 tenues présentées dans ces photos reflètent bien l’esprit de la marque et sont très photogéniques aussi je trouve. La combishort est d’ailleurs restée dans ma garde-robe!

Megg monshine, aude boyer

 

L’intégralité du shooting a eu lieu dans un seul et même quartier de Tokyo, Kichijoji qui se situe à l’ouest de la ville. Sur la photo ci-dessus, Megumi se trouve sur Sunroad, probablement la rue la plus connue du quartier, elle est couverte et remplie de commerces en tout genre. On l’avait choisie notamment à cause du fait qu’on n’était pas sûre de la météo et en cas de pluie, le shooting aurait encore été possible.

Kichijoji est un quartier vivant notamment la nuit, on y trouve en autre le musée Gibli et le zoo de Inokashira. Il est fréquenté par pas mal d’auteurs de manga, on peut le qualifié de quartier populaire. Pour la petite info, il a été élu le quartier de Tokyo ou il fait le plus bon vivre.

Megg moonshine aude boyer

 

Cela conclut mes shootings nippons. Les partager maintenant me donne encore plus envie d’être en été, car le temps était bien sûr très chaud à Tokyo en août dernier et aussi très humide ce que je suis à peu près la seule à apprécier! Mais au delà de la sensation, on a une peau parfaitement hydratée avec un taux d’humidité aussi élevé!! Un vrai secret de beauté!

mardi

19

janvier 2016

5

COMMENTS

Mon voyage au Japon: Tokyo, Yokohama, Pikachu et autres!

Written by , Posted in Japon

OBON a Roppongi hills à Tokyo

Je viens enfin de me décider à trier les photos de mes vacances et même si j’ai partagé pas mal de choses concernant mon voyage au Japon sur le blog, cela concerné principalement les cosmétiques. Notamment la main mise que j’ai pu faire dans les boutiques  Etude House et mes achats makeup dans divers marques non-existantes en France.

J’ai aussi expérimenté la culture nippone dans son ensemble que j’apprécie déjà beaucoup puisque c’est mon 4ème voyage. Je pars toujours au mois d’aout, déjà parce que au niveau du boulot, je ne perds pas trop de contrats et surtout parce que je suis une des rares à vouer une passion sans borne pour l’extrême chaleur moite, ce qui caractérise bien Tokyo l’été, une moyenne de 35° et 90% d’humidité, le bonheur.

Le mois d’aout, c’est également Obon (ou Bon) qui correspond à la Toussaint chez nous aka la fête des morts mais de façon plus festive. Sur la photo ci-dessus, j’assistais au matsuri (festival) du quartier de Roppongi Hills à Tokyo et on voit de très mignonnes petites japonaise en Yukata (kimono d’été) exécuter le Bon Odori, littéralement la danse du Bon. C’est aussi l’occasion de mange sur le pouce, de nombreux restaurateurs sont présents avec leur stand et on peut manger toutes sorte de plats, cette année, je me suis en plus laissée tentée par la Frozen Bier qui comme son nom ne l’indique pas complètement, c’est uniquement la mousse de la bière qui est « gelée » mais le rafraîchissement apporté par la bière en est bien sûr décuplé.
pikachu, yokohama, japon

Je ne pouvais pas m’imprégner de la culture japonaise sans assister à la parade de Pikachu. L’été 2015 a correspondu au Japon avec la sortie d’un énième film sur les Pokemon et comme d’habitude Pikachu est le mieux placé pour faire la promo. Une grande tournée a été organisée à travers tout le Japon ou des animations avec une flopée de mascottes Pikachu qui proposaient une parade et surtout une danse dont la chorégraphie était connue de tous! Sur la photo, vous ne voyez que la « déco » mais ça valait vraiment le détour de voir tout ces Pikachu pas très mobiles se dandiner, on imagine le calvaire des danseurs à l’intérieur! Et en l’occurrence je parle vraiment de détour puisque pendant mon séjour la parade a eu lieu à Yokohama, ville portuaire juste à coté de Tokyo.

 

LA BAIE DE YOKOHAMA, Japon

J’en profite pour parler un peu plus de Yokohama, ville dans laquelle je fais un tour à tous mes voyages nippons. Je la trouve très jolie, elle possède le plus grand quartier chinois du Japon et elle permet aussi de se rappeler qu’il n’y a encore pas si longtemps, le japon était occupé par les américains. Dans les faits, l’occupation américaine s’est terminée en 1952 mais les troupes américaines sont restées sur place après mais surtout les bâtiments construits à l’époque sont parfois restés. C’est le cas au port de Yokohama et c’est là que la photo ci-dessus a été prise. C’était une magnifique journée mais on s’était quand même enfermée quelques heures dans le centre commercial pas très loin ou j’ai pu découvrir la passion des japonais pour Hawaï, il y a une grande portion du centre dédiés aux vêtements, accessoires et nourriture spécifique de cette île car apparemment c’est une des destinations vacances favorites des japonais.

 

harajuku station, japon
Cette photo doit être assez rare au Japon car c’est la seule fois ou j’ai pu la prendre. Je ne sais pas si ils sont artistes ou encore étudiants mais c’était inattendu de les trouver là en train de dessiner avec des modèles qu’ils copiaient ou s’inspiraient via leurs téléphones portables. Il n’étaient pas dans une petite rue déserte mais bien juste en face de Takeshita Street (photo juste en dessous), une des rues les plus connues et les plus grouillantes de Tokyo dans le non moins célèbre quartier d’Harajuku. Si vous voulez voir des gothiques lolitas et autres courants très pointus de la mode tokyoïte, c’est un peu là que ca se passe!

 

TAKeSHITA STREET, tokyo, japon

Shibuya, tokyo
Shibuya (photo ci-dessus) reste à tous les coups The Place To Be pour moi à Tokyo! J’y passe beaucoup de temps à tous mes voyages et à défaut d’être très original, c’est très pratique. Il y a bien évidemment de quoi faire du shopping fringues non stop pendant 10 ans, des enseignes internationales ou 100% nippone dont les plus trendy figurent toutes au 109, célèbre tour sur une dizaine d’étages où on ne trouve que des boutiques vêtements, chaussures accessoires, maroquinerie et cosmétiques que pour les filles.

Mais c’est aussi un quartier ou il y a mon resto de curry préféré, le Coco Ichibanya qui est une chaine assez populaire au Japon. Le curry est un plat à part entière, en général dans votre assiette, vous avez un coté avec le riz blanc et l’autre avec divers ingrédients mélangés dans la sauce curry car en existe des dizaines, il peut être aux légumes, au bœuf, au porc… j’en ai mangé un avec du bœuf pané fourré au fromage.

séance photo à ébisu, tokyo, westin hotel
J’aime bien être studieuse même en vacances, j’ai la chance d’aimer ce que je fais et d’avoir une amie photographe à Tokyo donc on en a profité et on s’est organisé 3 séances photos avec 3 mannequins différents. Pour celles qui ont suivi mes aventures nippones, ce n’est pas une nouvelle, je vous ai déjà partager les backstages des 3 shootings. C’était intéressant de changer un peu car déjà on a shooté en extérieur donc j’ai des photos qui changent du genre de décor et aussi j’ai peu l’occasion de maquiller des modèles asiatique, le type européen avec une peau diaphane, des yeux clairs et des cheveux châtains à blonds reste la grande tendance en France, c’était donc agréable d’apporter un peu de diversité à mo book. Sur la photo, on peut voir Louie du 1er shooting qu’on a terminé dans les toilettes d’un hôtel de luxe à Ebisu.

 

 

akihabar, tokyo
On termine avec un quartier qui sur le papier n’est pas forcément mon préféré, le quartier d’Akihabara, haut-lieu de la geekerie, c’est 1er stop de tous les passionnés d’informatique,jeux vidéos et mangas dont je ne fais pas partie mais en revanche se trouve un des endroits que je tenais absolument à faire: le café à hiboux dont je vous ai déjà fait un compte rendu complet. Le quartier vaut par ailleurs qu’on s’y attarde, son architecture est pour le coup bien dépaysante. La rue principale devient piétonne le dimanche ce qui permet d’apprécier un petit bain de foule même si parait-il cela s’est bien calmé après qu’un fou en 2008 se soit amusé à poignardé des gens au hasard, c’est suffisamment rare pour être signalé car pas de conclusion hâtive: le Japon reste un des pays les plus sûrs du monde! Les japonais réservent leur place au Starbucks ou autre en laissant leurs sacs sans surveillance sur la table.

mardi

13

octobre 2015

0

COMMENTS

Konnyaku face sponge: l’éponge Konjac de Makanai

Written by , Posted in Japon

J’ai encore des choses à vous montrer de mon voyage au Japon cet été, et l’article d’aujourd’hui concerne un produit très populaire ces derniers temps; l’éponge Konjac. J’avoue que j’étais un peu passée à côté du phénomène mais au détour d’une boutique au sein d’un centre commercial à Tokyo, une animatrice de la marque Makanai a su susciter mon intérêt.

 

EPONGE KONJAC MAKANAI

 

Makanai est une marque de cosmétique japonaise créée en 1999 mais avant ça, elle était une fonderie d’or existante depuis 1899. Elle rend hommage à ses racines en proposant notamment un masque de beauté aux feuilles d’or. A l’époque de la fonderie, c’était des femmes qui travaillaient à transformer l’or en feuilles d’or et elles créent leurs propres produits de beauté pour réparer leurs peaux abimées par leur dure labeur à l’aide de la nourriture fournie aux repas du midi. Makanai signifie donc « nourriture » dans ce cas précis, et les recettes qu’elles ont élaborées ont été améliorer au fil des années jusqu’à devenir la marque dont nous parlons aujourd’hui.

Pour celles qui habitent à Paris, la marque possèdent un point de vente en France: le nouvel espace beauté au 1er étage du Bon Marché. La marque y est représentée au milieu d’autres marques peu connues du grand public.

 

LE BON MARCHE MAKANAI

 

Pour en revenir à l’éponge de Konjac, je l’ai utilisée tout le mois de septembre, jusqu’à ce qu’elle se désagrège complètement car oui, tel est son destin. Je suis maintenant en mesure de vous donner un avis. Sachez d’abord qu’elle se présente sous forme solide avant sa 1ère utilisation et qu’il faut donc la laisser tremper 5 à 10 minutes dans de l’eau pour qu’elle se ramolisse.

 

Les utilisations peuvent différer suivant les marques mais ici, Makanai recommande de se démaquiller entièrement avant de venir la masser sur votre visage. Elle s’utilise seule sans ajout de produit dessus et bien sûr mouillée. Le gros avantage ici, c’est le petit bol avec lequel elle est fournie qui permet certes de la stocker mais aussi de la tremper dans de l’eau chaude avant de s’en servir. Dans la méthode japonaise, la partie lotion tonique après l’éponge n’existe pas car celle-ci ferme les pores et à la place, est utilisée une lotion éclaircissante suivie du soin hydratant.

Je ne suis pas à la lettre ce rituel mais je suis néanmoins très satisfaite du résultat. Tout d’abord, j’avais peur de ne  pas avoir la patience d’ajouter cette étape à ma routine soin et cela s’avère être finalement un moment très agréable. Le massage avec l’éponge est très doux, elle n’irrite pas du tout ma peau. J’ai  une vraie sensation de peau nettoyée et ce n’est pas juste dans ma tête car l’éponge konjac contient naturellement un actif qui aide à la régénération de la peau. Visuellement, le teint est clarifié et moi qui suis sujette à l’acné adulte, je développe un peu moins de boutons depuis que je l’utilise.

 

Je suis vraiment convaincue par l’utilité de ce produit même si cela demande un peu d’entretien, il faut bien sûr la laver après chaque utilisation et idéalement la conserver au frigo. Pour info, le kit complet avec l’éponge et son contenant m’avait couté 1800 yen donc environ 16 euros.

 

Makanai

 

eponge konjac makanai

eponge konjac makanai