Archives par mot-clé : selfridges

Sephora ou Selfridges

IMG_3164

Je suis à Londres depuis plus de 3 mois et je commence à diversifier mes activités. Ce début de semaine, je l’ai passée à Selfridges, pour participer à « the induction », une sorte de formation générale du magasin à laquelle sont conviés tous les collaborateurs, y compris ceux qui comme moi, vont travailler pour une marque.

J’ai en effet signé un contrat avec une marque de maquillage pour laquelle je vais travailler 2 jours par semaine mais là n’est pas le sujet de cet article.

J’ai été très intéressée de constater les différences dans le traitement des employés entre ce que j’ai pu expérimenter ici ces 2 derniers jours et mon parcours à Paris ou à travers les divers marques avec lesquelles j’ai travaillé, j’ai pu faire un tour d’horizon des différentes enseignes, à commencer par Sephora mais aussi les Galeries Lafayette, Marionnaud, Le Bon Marché ou Nocibé.

 

Une petite pensée d’ailleurs à toutes celles et ceux qui bossent en vente en cette période de l’année, je suis de tout coeur avec vous!

Je n’en ai pas parlé à l’époque mais il y a tout juste un an lorsque je travaillais pour Lipstick Queen sur les Champs (l’illustration de cet article est une photo souvenir de cette période), Sephora a décidé de me placer juste à coté du Stand Huda Beauty qui venait d’ouvrir. Le lancement de cette marque provoquait des queues interminables et des esprits qui s’échauffaient très vite car il n’y a rien de plus important dans la vie que d’acheter un rouge à lèvres liquide mat. A cette époque précise, j’étais pour faire court, traitée  comme de la merde par Sephora qui ne souciait absolument pas de mon bien être en magasin car je travaillais pour une marque qui ne leur rapportait pas beaucoup d’argent. Donc je pouvais être bousculée, sollicitée à longueur de journée sur une autre marque que la mienne, insultée par les clientes qui s’impatientaient dans la file pour Huda Beauty sans oublier bien sûr le simple fait que mon stand en devenait invisible et que cela me rendait la tache encore plus dure pour réussir mes ventes. Les responsables du magasin n’ont jamais lever le petit doigt.

Je ne sais bien sûr pas encore comment cela va se passer à Selfridges mais ces 2 jours de formation montrent déjà un peu plus une volonté d’homogénéiser les connaissances et les comportements entre les employés du magasin et ceux employés par les marques. Cela commence par le badge, en France quelque soit l’enseigne dans laquelle je suis intervenue, je devais toujours avoir un bagde fourni par ma marque avec sa dénomination clairement visible. Ici, ils nous ont tous attribué un Badge de l’enseigne avec notre nom. Clairement, ils n’encouragent pas les clients à différencier les représentants des marques avec ceux du magasin.

De même parce que je suis en contrat direct avec une marque et donc fixe, j’ai été formée à l’encaissement, en l’occurrence c’est souvent le cas aussi lorsqu’on travaille pour une marque dans un grand magasin en France type Printemps ou Galeries Lafayette mais certainement pas chez Sephora.

J’arrive aussi certainement au bon moment mais l’espace réservé aux employés a été rénové il n’y a pas très longtemps et donc, il y a des casiers pour tout le monde, des douches sont également à disposition, avec aussi sèche cheveux et lisseurs. En plus de la cantine d’entreprise, il y a un café juste à l’entrée. Pour avoir testé les enseignes précédemment citées, cela est de loin, le meilleur accueil. Pour rappel, au Sephora Champs Elysée qui est quand même le 2ème plus grand d’europe, la salle de pause pour les animateurs à la taille d’un studio, en revanche il sépare bien avec les employés Sephora qui eux ont leur casiers et espace de pause dans un autre bâtiment avec bien sûr plus d’espace.

Je vais certainement découvrir des petits couacs également chez Selfridges et je ne manquerais pas d’en faire part aussi ici mais la différence de traitement des prestataires est flagrante. Et ne nous méprenons pas, j’adore aller chez Sephora en tant que cliente car les marques que j’apprécie le plus s’y trouvent mais je pense vraiment qu’il y a un problème de respect entre les animateurs et la direction Sephora qui ont l’air plus soucieux de nous rendre la tache difficile que d’optimiser les ventes.

Étonnamment, le dress-code qui était une de mes grosses inquiétudes chez Selfridges est même moins strict que celui de Sephora puisque je n’ai même pas l’obligation d’avoir les cheveux attachés et encore moins l’obligation de le faire avec un accessoire noir.

Pour finir sur une touche plus fun, on a eu le droit au top 4 des pays dont les touristes dépensent le plus chez Selfridges et sans surprise on retrouve dans le top 3 la Chine, les Etats-Unis et l’Arabie Saoudite mais en 4ème ex-aequo on a le Nigéria et la Thailande. Qui l’euT cru?

 

Ces marques que j’ai découvertes à Londres

selfridges, debenhams, illamasqua, charlotte tilbury, laura geller, ouai

 

Je mentirais si je n’admettais pas avoir passé la moitié de mon temps chez Selfridges, Boots ou autre House of Fraser, c’était d’autant plus tentant que ces enseignes sont inexistantes en France. Donc d’un point de vu touristique et culturel, ces fréquents passages étaient parfaitement justifiés.

Et c’est vrai que c’est intéressant de voir la différence de popularité de certaines marques par rapport à chez nous, comment elles sont perçues, dans quelle type d’enseigne elles sont distribuées. En France, c’est très simple, le temple du cool est Sephora, toutes les marques qui cartonnent y sont représentées ou vont le devenir, à l’exception de The Balm qui a pris ses quartiers chez Monoprix.

A Londres, j’ai l’impression que l’institution reste Selfridges, un genre d’équivalent des Galeries Lafayette qui existe depuis 1909 dont le tout premier se situe encore et toujours à Oxford Street qui s’est avérée être ma 2ème maison pendant mes petites vacances anglaises ainsi que le grand centre commercial Westfield à Shepherds Bush. Et bien sûr Harrod’s ou j’ai bien sûr aussi mis les pieds.

 

chalotte tilbury

La première chose qui m’a frappé, c’est la présence très forte de la marque anglaise Charlotte Tilbury, elle est pratiquement partout. Elle a ses propres boutiques mais elle possède aussi des corners chez Selfriges, House of Fraser, John Lewis ou encore Harrod’s. C’est assez impressionnant surtout quand on sait que la marque est encore très jeune puisqu’elle n’existe que depuis 2013. On ne présente plus Charlotte Tilbury, une des grandes maquilleuses de notre époque qui a travaillé pour les plus grands photographes tel que Mario Testino et les plus grands magasines comme Vogue ou Vanity Fair.

Illamasqua-Christmas-collection

Si vous êtes une addict d’Instagram comme moi, vous connaissez déjà très bien la marque Illamasqua, aussi bien représentée au Royaume-Uni. Lancée en 2008, c’est une marque de maquillage anglaise créée sous l’impulsion de  Julian Kynaston, un génie du marketing très vite rejoint par Joseph Corre qui a travaillé pour Vivienne Westwood (sa mère!) et a créé (avec d’autres) la marque Agent Provocateur. Illamasqua est la contraction de Illusion et Masquerade. La marque joue à fond la carte de la couleur et des looks très sophistiqués et originaux.

 

Deux autres marques de maquillages ont attirées mon attention et pour le coup, je n’en avais jamais entendu parler avant: Laura Geller et Bagsy. Les 2 sont vendues chez Debenhams, un grand magasin aussi bien implanté chez les anglais.

October_LauraGeller_Inset_03_700x400

Laura Geller est aussi le nom de la créatrice de la marque, une maquilleuse américaine qui a travaillé à Broadway et pour des célébrités avant de lancée sa marque de maquillage il y a maintenant 20 ans sur QVC. Cette chaine de téléshopping a l’air assez populaire aux Etats-Unis, j’ai vu que Josie Maran y disribuait aussi sa marque et surtout, elles viennent en plateau faire l’article sur leurs produits, Laura Geller y compris. Je n’ai pas vraiment testé mais les packagings sont plutôt mignons et le positionnement prix similaire à du Benefit.

Bagsy handbag appropriate makeup 1

Bagsy m’a semblé encore plus obscure, complètement inconnu et avec un nom qui ne fait pas forcément penser à du maquillage. Et pourtant, il y a une logique, la marque ne propose que des produits qui peuvent tenir dans un sac à main. Une marque de maquillage anglaise, fabriquée en Angleterre et cruelty-free. Je n’ai pas réussi à trouvé l’info exacte mais elle a l’air d’être très récente, pas plus de 2 ans d’existence et l’attention est autant portée sur la qualité du produit que sur la beauté et praticité du packaging.

Ouai_Brand

Et je termine avec 2 marques capillaires Ouai et Color Wow, la première est très présente sur les réseaux sociaux où elle semble très appréciée, elle ne fait pas que du capillaire mais aussi du maquillage, elle doit avoir conscience de la consonance française de son nom car elle a envoyé une flopée de youtubeurs américains découvrir ses nouveautés à Paris cet automne. D’ailleurs elle est vendue en exclu sur le site de Sephora France mais uniquement ses produits cheveux.

Brandshop_ColourWow_130703

Pas d’infos claires sur Color Wow à part qu’ils se revendiquent les spécialistes du cheveux colorés et sont distribués dans déjà plus de 60 pays dont la France. J’ai découvert la marque dans chez Selfriges dans la partie un peu moins luxe de la section beauté du magasin, là ou ils vendent Nyx, Too Faced ou encore Lipstick Queen.