Jennifer Mulertt : Make up Artist

Une maquilleuse qui blogue

sephora Archive

lundi

15

mai 2017

0

COMMENTS

Mon expérience avec le durcisseur Herome

Written by , Posted in Beauty

Je ne fais pas grand chose sur mes ongles ces derniers mois à part les limer et les hydrater. Les vernis ne résistent pas à mon exposition permanente au nettoyant pinceaux et autres désinfectants et j’avoue que voir mon vernis s’écailler au bout de 2 jours est extrêmement agaçant et surtout donne l’air négligé.

durcisseur fort Herome

 

Donc à défaut d’avoir les ongles colorés, je me suis dis que je pourrais au moins les avoir longs. J’ai profité d’une promotion chez Sephora pour investir dans le durcisseur Herome  que j’ai obtenu pour la modique somme de 11,00 euros au lieu de 15,50 euros.

Ca fait des années que Herome nous fournit en durcisseurs, ils en ont même 3, un doux, un fort et un extra fort. Sur les conseils de copines qui ont déjà tenté le coup, j’ai opté pour le fort. Le doux serait juste similaire aux durcisseurs classiques (qui ne marchent pas donc) et le extra-fort est apparemment très inconfortable.

Car oui, c’est ce que j’ai découvert en appliquant ce durcisseur pour la 1ère fois, on le sent! D’une certaine manière, c’est logique et quelque part cela met en confiance sur l’efficacité du produit, il y a une différence avec tous les autres durcisseurs que j’ai pu essayé que je ne sentais absolument pas.

Naturellement, cela s’accompagne de consignes très précises. On l’utilise en cure de 15 jours. On met une couche le 1er jour, puis une seconde le 2ème. Le troisième jour, on retire le tout et on recommence depuis le début et ainsi de suite pendant 2 semaines. Cela peut sembler un peu fastidieux mais le vernis sèche très vite et se démaquille très bien donc pas besoin de prévoir 1h d’immobilisme total, 10 minutes suffisent largement. Le résultat sur les ongles est joli aussi, un genre de blanc transparent qui donne un léger effet french manucure.

En ce qui concerne le résultat que je souhaitais obtenir, à savoir des ongles plus longs, c’est un peu  raté. Comme beaucoup, j’ai les ongles de mon majeur et index plus fragiles que les autres, certainement parce que je les sollicite plus, ils ont donc tendance à se casser ou  à se dédoubler  plus facilement. En gros, les 3 autres étaient solides comme du béton et ces deux-là se sont casser beaucoup plus rapidement que d’habitude. Impossible de garder mes 10 ongles au même niveau de longueur!

La composition de ce vernis est bien évidemment très chimique et clairement un ongle déjà fragilisé n’y résiste pas, j’aurais peut être du commencer à neuf avec des ongles coupés courts mais j’avais déjà réussi à obtenir une bonne longueur avant de commencer la cure.

Mon avis est donc très mitigé, il n’a pas marché avec moi mais j’ai vu le résultat probant sur d’autres. Je me suis même amusée à aller regarder sur différents forums les avis, et ce durcisseur déchaine les passions! Cela fuse en insultes et superlatifs sur l’extrême qualité de ce produit quand certaines osent mettre en doute son efficacité.

Une abonnée m’avait néanmoins signalé la présence de formaldéhyde dans la composition du durcisseur Hérome, il figure effectivement dans la liste des ingrédients et il est reconnu comme étant dangereux pour la santé si utilisé à des doses trop élevées. Ce n’est pas le cas pour les vernis, il figure essentiellement dans les durcisseurs et il n’est pas à confondre avec la résine de formaldéhyde aussi utilisée et beaucoup moins nocive. La dose autorisée en cosmétique est de 0,5% et ne présente pas de danger dans la mesure ou on fait bien attention à n’en appliquer que sur les ongles, le contact avec la peau est à éviter car là, il peut être irritant.

Je ne saurais pas dire si c’est ce produit qui provoque la sensation un peu douloureuse sur les ongles, mes connaissances ne me permettent pas de l’affirmer mais c’est vrai que si vous faites des couches trop épaisses, la douleur devient vraiment inconfortable au point ou vous devez retirer le durcisseur.

Pour ma prochaine tentative, j’opterai certainement pour le Miracle Cure de Sally Hansen qui est un durcisseur qui ne contient pas de formaldéhyde. Et encore une fois, ne prenez pas le durcisseur extra fort de Hérome en pensant que cela sera plus efficace, surtout si vous mettiez des faux ongles avant, cela serait extrêmement douloureux, si vous avez des ongles normaux, commencez avec le fort et si vous venez de retirer vos faux ongles, choisisez le doux.

Je vous laisse donc vous faire votre opinion et surtout respectez le temps de la cure, ne l’utilisez pas plus longtemps que indiqué. A la longue, cela abîme vraiment les ongles.

vendredi

3

mars 2017

0

COMMENTS

Quick Fix de Urban Decay, le spray qui me fait aimer les sprays!

Written by , Posted in Beauty

Quick fix urban decay

Contrairement à ce qu’on peut s’attendre quand on mentionne Urban Decay, l’article d’aujourd’hui va parler de soin. La marque a enfin ressorti tous ses sprays, 3 fixant: les All Nighter, De Slick et Chill et des sprays préparateurs: le B6 et le Quick Fix dont nous allons parler ensuite.

Je n’ai jamais été très cliente des brumes ou autres sprays fixants, c’est un geste que je n’ai jamais pensé à intégrer à ma routine soin déjà bien fournie. Et pourtant, pour ce qui est des brumes hydratantes, cela est évidemment un geste qui a une utilité réelle et immédiate.

Ce qui m’a peut-être fait changer d’avis, c’est que ce produit particulier soit proposé par une marque de maquillage comme Urban Decay que j’affectionne tout particulièrement. Les autres marques de maquillage n’en proposent pas à ma connaissance et se concentrent sur les sprays fixants qui sont devenus pour la clientèle accro au makeup une habitude aussi essentielle que le contouring ou le strobing.

J’ai donc en ma possession depuis quelques semaine le Quick Fix de Urban Decay qui est décrit comme une brume hydratante, si on veut synthétiser un peu bêtement, on peut considérer qu’elle est pensée pour les peaux sèches (le B6 régule l’excès de sébum donc plus pour les peaux grasses) mais tout le monde a besoin d’hydratation donc je conseillerais cette brume pour tous les types de peau. Pour rappel, la peau si elle manque d’eau n’est pas capable de la créer, en revanche, elle produit du sébum.

Elle s’utilise le matin sur une peau nettoyée avant tout autre soin et peut aussi se réutiliser le soir après le démaquillage et avant la crème de nuit si on en utilise une. Il suffit de secouer la brume et ensuite vaporiser plusieurs fois à environ 20-25cm du visage. On peut aussi la réutiliser en cour de journée pour rafraichir la peau même sur un visage maquillé.

Parlons ensuite de ses propriétés, dans sa composition, on retrouve de la vitamine B3 qui contribue directement à l’hydratation , le Sepitonic M3 qui amplifie l’oxygénation cutané, l’eau de coco pour ses vertue hydratante mais aussi de l’eau d’hamamélis de Virginie qui agit sur la circulation  veineuse et la couperose, elle a aussi des vertus apaisantes.

Bien sûr, tous ses actifs agissent en surface mais c’est ce qui fait aussi l’efficacité de ce produit, c’est une sensation d’hydratation et d’apaisement immédiats de la peau. En ce qui me concerne, c’est assez flagrant, surtout le soir après avoir un peu « brutalisé » ma peau avec le démaquillage ou après un masque purifiant.

Et le matin, en premier geste de soin, c’est tout aussi agréable car l’eau de coco qui compose le Quick Fix apporte son parfum frais et léger. C’est devenu un geste que je n’oublie jamais alors que j’ai aussi un spray fixant que j’oublie d’utiliser quasiment à chaque fois.

Je suis pour ma part pleinement satisfaite de la partie apaisante et hydratante, le produit promet aussi une peau plus lisse et des pores resserrés. Cela ne fait pas partie de mes attentes, mais libre à vous de tester aussi ces bienfaits là.

On le trouve sur le site de Sephora et ses magasins à 29,50 euros ou sur le site de Urban Decay et sa boutique à Paris à 28 euros.

 

quick fix urban decay

mardi

28

février 2017

1

COMMENTS

Make Up Forever, une belle histoire

Written by , Posted in Beauty

make-up-forever-tres-vichy

 

La plupart d’entre vous le savent, je suis maquilleuse depuis maintenant 13 ans et je suis amenée de temps e temps à faire des formations ou me renseigner à titre personnel sur des marques, la plupart maquillage mais certaines sont plus axées soin ou parfum.

En l’occurrence, aujourd’hui, je vais vous parler de ce qui est le plus proche de moi, une marque de maquillage et professionnelle qui plus est: il n’y aucun suspense, tout est dit dans le titre Make Up Forever (la photo ci dessus est le look proposé par Make Up forever pour le printemps 2011, un de mes préférés!).

Avec Mac, c’est certainement la marque de maquillage professionnelle la plus connue du grand public. Enormément de maquilleuses et maquilleurs français apprennent leur métier avec cette marque et elle est très facile à trouver puisque distribuer chez Sephora, je me suis dit que c’était donc la candidate idéale pour un article qui revient sur l’historique de la marque.

 

Dany-Sanz-Make-Up-Forever

 

Tout démarre avec Dany Sanz, la créatrice de la marque. Elle a d’abord fait les Beaux-Arts et a commencé a travailler dans le théâtre en  tant que décoratrice. Les maquilleurs du théâtre sont venu solliciter son aide un jour qu’on leur demandait de réaliser des maquillages plus artistiques, ils avaient pu apprécier son travail de peintre et lui ont proposer de transposer son travail sur des visages.

C’est donc un peu par hasard que Dany Sanz a commencé le maquillage mais l’expérience s’étant révélée concluante et elle décida très vite d’étendre sa créativité aussi sur le corps. Le body painting n’existait pas encore vraiment à l’époque puisque personne n’en avait eu encore l’idée, mais c’est devenu une des passions de Dany et un des piliers fondateurs de la marque Make Up Forever.

Elle considère le Body Painting comme un moyen d’expression à part entière et commence à l’enseigner. Elle se fait aussi remarquer en tant que maquilleuse artistique grâce à ses créations et attire l’attention des médias et des professionnels

Dans les années 70, Danny décide de créer son école de maquillage à Paris, la 1ère du genre en Europe. Elle propose bien sûr des cours axés sur le maquillage artistique mais se retrouve très vite limitée par le peu de choix de produits à disposition à cette époque. Sous l’impulsion des élèves de son école, elle décide de créer ses propres produits de maquillage, la légende raconte même que ce sont ces mêmes étudiants qui ont participer au financement des produits. Danny élabore les produits, leurs compositions, textures toute seule dans sa cuisine;

Le succès est également au rendez-vous pour son école de maquillage et elle décide d’officialiser sa ligne de maquillage en 1984, date à laquelle nait sa marque: Make Up Forever

Le nom a d’ailleurs été trouvé au sein de son école, le mot Makeup était déjà universel à l’époque et Forever sonnait bien et s’est avéré bien pensé quand on connais le succès que la ligne Aqua (waterproof et longue durée) a eu par la suite.

 

poupoune in make up land- make up forever, 5 rue de la boétie

Tout se passe désormais au 5 rue de La Boétie dans le 8ème à Paris ou elle enseigne le maquillage la journée et s’enferme dans le sous-sol souvent accompagnées de quelques élèves l nuit pour élaborer des nouvelles formules pour sa marques. La boutique Make Up Forever n’a d’ailleurs pas changé de place et vous la trouvez toujours à cette adresse (la photo est empruntée à Poupoune In Make Land pour cet article de juin 2010.)

Jusqu’au début des années 90, la marque s’étend et elle est à l’usage des professionnels qui la plébiscite dans le monde entier notamment informés par cette communauté d’anciens élèves venus de tous les pays et qui ont continué à propager la bonne parole une fois rentrés chez eux. La marque a en effet proposée rapidement un large choix de produits, notamment sa collection de 100 fards à paupières en mono mais aussi des produits qu’elle était la seule à proposer à l’époque: des poudres irisées, des pigments purs, des paillettes et des palettes de rouges à lèvres.

 

make-up-for-ever-maquillage

 

La marque s’ouvre ensuite au grand public aidé en cela par la création de la 1ère usine de la marque aux portes de Paris qui lui permet ainsi de se commercialiser à une plus grande échelle et de garder une fabrication française.

Elle débarque en 1996 chez Sephora et intègre le géant mondial LVMH en 1999, Dany Sanz reste en charge de la création produits et ne perd pas de vue sa passion pour l’enseignement puisque la Make Up For Ever Academy ouvre ses portes en 2002 à Paris, elle sera suivie par d’autres un peu partout dans le monde, on peut citer New York, Séoul, Hong Kong mais aussi Bruxelles et Helsinki. En 2015, Make Up Forever créé une école spécialisée en maquillage cinéma, La TV & Cinéma Academy à la cité du cinéma à Saint, celui-là même initié par Luc Besson qui est un énorme pôle cinématographique ou sont tournés entre autres Le Bureau des Légendes (série Canal Plus) ou Lucy de Luc Besson (2014).

 

Make Up Forever garde encore aujourd’hui son ADN et propose des produits à l’usage des professionnels (effets spéciaux, maquillage artistique) et aussi des produits pensés pour les professionnels mais qui rencontrent aussi un franc succès auprès du grand public: la gamme HD et maintenant Ultra HD qui proposent des fonds de teint, correcteurs ou poudres invisibles sous l’œil des caméras mais qui sont aussi parfaitement transposable dans un usage quotidien ou le teint est ainsi lumineux et corrigé sans effet de matières ou textures.

La marque a depuis fait de nombreuses collaborations avec le milieu artistique. En 2010, elle proposait un magnifique rouge à lèvres Moulin Rouge issue de sa collaboration avec le cultissime cabaret parisien du même nom. Mais aussi en 2012, la maquilleuse Gina Brooke a utilisé la marque pour réaliser tous les looks de Madonna lors du MDNA World Tour, notamment la gamme Aqua qui lui garantissait une tenue parfaite.

 

20120831-news-madonna-mdna-tour-gina-brooke-04

 

On termine avec la nouveauté de la marque, le fond de teint Waterblend composé à 80% d’eau et qui promet un fini ultra naturel et waterproof. Ce n’est pas vraiment une nouveauté puisqu’il existait déjà depuis pas mal d’années. Il a été amélioré au niveau de la texture et des actifs hydratants qui le compose. Il fait l’objet d’une campagne avec certains influencées en ce moment, le Waterblend Challenge où ils testent sa tenue tout au long de la journée.

 

Je pourrais continuer encore très longtemps mais l’idée était de présenter l’histoire de la marque, j’espère qu’elle vous aura intéressé et que vous aurez retenue l’essentiel, c’est une marque française créer par une maquilleuse professionnelle qui a déjà plus de 30 ans d’existence.